Comment débourrer un cheval ?

Comment débourrer un cheval

Selon Pat Parelli Natural Horsemanship, « c’est impossible de prétendre maîtriser un cheval qu’on ne se maîtrise pas soi-même ». Avant de dresser un étalon, il est indispensable de passer au débourrage. En fait, une monture qui n’est pas entièrement débourrée ne doit pas passer au dressage classique. Ce processus constitue d’ailleurs la première étape de son développement. Il consiste à bien éduquer le poulain et l’initier à suivre certains ordres. Mais c’est un long chemin à parcourir. Découvrez dans cet article comment débourrer un cheval : les principes, les objectifs, les préliminaires et les étapes à suivre.

Débourrer un cheval

Débourrer un cheval, c’est quoi ?

Avant d’entreprendre quoi que ce soit, il est nécessaire de bien comprendre tout ce qui concerne le débourrage. À noter de surcroit que ce processus sollicite l’intervention d’un cavalier expérimenté ou d’un professionnel reconnu afin d’assurer l’intégration du poulain dans l’univers équestre et sa transformation en un bon cheval de selle. Ce moment marque sa rupture avec son monde de l’enfance, après le sevrage et son premier pas vers une nouvelle étape de sa vie. Le petit va apprendre de nouvelles choses et entamer de nouvelles relations avec les hommes. Pour y parvenir, il faut réunir tous les atouts comme le temps, l’espace et les matériels requis. À cela s’ajoute l’état physique et psychique favorable du cheval.

Le débourrage : Les objectifs du processus

Débourrer un jeune cheval sert à établir une communication stable et cohérente pour que l’animal arrive à réussir ce qu’on lui ordonne et savoir tout affronter. Le processus consiste à l’apprendre à accepter une selle, tirer un véhicule ou suivre un quelconque ordre de base. À l’issue, le cheval doit être en mesure de répondre à toutes les recommandations imposées par son cavalier, se déplacer grâce à sa main et balader aux trois allures (pas, trot enlevé et galop). Il va aussi pouvoir s’habituer au licol ou encore galoper tout seul en extérieur.

Néanmoins, ce travail nécessite une implication affective de la part du cavalier ou de l’éducateur. La confiance mutuelle, la complicité et une excellente communication garantissent la réussite de la démarche. Le bien-être de l’animal reste également important durant cette période déterminante. Il vaut mieux ainsi réaliser le débourrage en toute délicatesse et en toute sérénité. C’est là où commence la relation entre l’homme et le cheval. L’état physique de l’équidé doit aussi être impeccable étant donné qu’il va affronter une activité physique plus soutenue et un changement d’environnement.

Bon à savoir avant de passer à cette étape

Le débourrage se traduit par une nouvelle étape à franchir pour un jeune cheval. De ce fait, il est fortement recommandé que ce dernier soit bien préparé afin d’éviter de l’abîmer, aussi bien physiquement que psychologiquement. Tout d’abord, l’animal doit avoir l’âge adéquat pour être débourré. Il peut généralement supporter une activité légère à trois ans. Durant tout le processus, l’animal a besoin d’être bien alimenté.

Même si un jeune cheval est en mesure d’entamer des exercices plus intenses à 3 ans, l’âge favorable pour commencer le débourrage varie en fonction de sa race. Les races dédiées aux courses hippiques peuvent commencer très tôt, entre environ 12 et 18 mois. Par contre, les autres, qui sont plutôt réservés au centre équestre ou au simple élevage, sont plus en vigueur vers leur deuxième ou leur troisième année. Si les conditions sont complètes et plus appropriées, toutes les démarches seront plus faciles.

Débourrer votre cheval : Les étapes fondamentales

Le débourrage comprend différentes étapes, qui peuvent prendre généralement plusieurs semaines. Différents facteurs entrent en jeu et possèdent chacun ses rôles spécifiques. Entre autres, la voix sert à rassurer l’animal et gérer son stress. Ce dernier a aussi besoin de calme, de détermination ainsi qu’un bout d’autorité afin de pouvoir évoluer petit à petit. Ce processus permet, en effet, de développer une relation intime et une complicité et d’améliorer le contact entre le cavalier et le cheval.

Dans un premier temps, le cavalier cherche à comprendre son équidé en observant bien son comportement. Il va par la suite construire un bon contact et une relation de confiance. Sa voix constitue un facteur important pour transmettre le message. Viennent ensuite l’apprentissage des ordres de base, tels que le déplacement en main, le contrôle des pieds et le contact physique étant donné qu’un poulain n’aime pas qu’on le touche à certains endroits.

L’expert va familiariser le jeune cheval à la mise du licol et de la longe, à la tenue et la conduite en main, au pansage, à l’embarquement ou au débarquement dans le calme, aux exercices à pied, aux trois allures, etc. Le poulain apprendra à bien contrôler sa tête, ses épaules et ses hanches ainsi que d’autres gestes du montoir indispensables. L’essentiel est qu’il arrive à s’accepter lui-même comme référent et le cavalier comme dominant sans que ce dernier soit perçu comme une menace. On entreprend petit à petit pour éviter de stresser et de blaser l’animal.

Pour conclure, débourrer un cheval dans les meilleures conditions peut le rendre très épanoui, habile en terrain et agréable dans le futur. À l’issue, le poulain devient officiellement un équidé de selle.

Vous aimerez aussi :
L’ARTHROSE CHEZ LE CHEVAL
LA RACE DU CHEVAL LIPIZZAN
QUELLES DIFFÉRENCES ENTRE UN CHEVAL ET UN PONEY ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.